fbpx

Geekette depuis le berceau

Depuis toute petite j’ai un attrait particulier pour l’informatique : il y avait déjà un Amstrad (ne me demandez pas lequel, je ne m’en souviens pas) quand j’ai débarqué à la maison, en 1985.
Quand internet à débarqué j’avais 14 ans. Mon père avait souscrit un abonnement « AOL 30 heures » et ce n’est pas lui qui vidait le forfait à vitesse grand V :p… Lycos, Caramail, MSN et IRC faisaient partis de mes principales occupations du week-end, aux cotés d’Adibou, total Wipeout et Destruction Derby.
Vers 15 ans, grande fan du groupe « The Offsprings », j’avais récupéré l’administration d’un fansite d’actualités du groupe et ainsi fait mes premiers pas en HTML et javascript. Un site en iframe et tableaux, bien loin des standards W3C qui n’existaient pas encore de toute façon.
Quelques mois plus tard, je dupliquais ce site et créais « Le Loft de St Laurent » pour raconter les histoires de notre groupe d’amis. Un blog en somme mais le coté dynamique en moins, puisque tout était fait « à la main ».

études et premières réalisations

Ces premiers pas dans le code et la geek attitude m’ont conduite auprès du club jeux de rôle lors de mes années lycée. J’ai cessé de maintenir le « Loft de St Laurent » mais continué à jouer sur console, sur PC et sur plateau.
Quand le choix des poursuites d’études s’est présenté, j’ai découvert la formation « Services et Réseaux de Communication » le temps d’une journée porte ouverte : c’était fait pour moi ça, je voulais devenir développeur web !
Ni une, ni deux, le dossier était monté, puis accepté.

2 ans de DUT et 1 an de licence professionnelle, à Marseille, plus tard, je sors diplômée, avec mention bien s’il vous plait !
J’ai eu le plaisir de faire mon stage de fin de licence en tant que développeur web auprès de Philippe Guguen et Georgiana Vioux (oui oui, la cheffe de Top Chef !) lors des début de l’agence [MAP]. J’ai eu le plaisir d’étrenner mes talents de développeur web sur le site de la Cow Parade, qui avait lieu à Marseille cette année là.

Au boulot !

Je quittais alors Marseille pour Belfort, où mon conjoins et désormais mari, entamait une école d’ingénieur à l’UTBM. J’ai eu la chance d’être recommandée par une amie, Caroline (rappelez vous en, vous en entendrez souvent parler), auprès d’une nouvelle agence qui avait besoin d’une développeur web : Label Internet. Première expérience professionnelle, déjà en télétravail.
Le lead dev en place avait construit un framework interne en PHP5, pour faire des sites web et j’ai énormément appris durant ces premières années de salariat. C’est à cette époque que j’ai fait le plus de sites web, tous avec ce framework : e-commerce, vitrine, communautaire et même du « coquin » ! Malheureusement quelques problèmes financiers ont eu raison de mon implication au sein de l’agence. J’étais de retour à Marseille et j’ai fait un bref passage à agence Hors Norme, mes seuls 6 mois en présentiel ! Heureusement pour moi, les finances allaient mieux et mon ancien boss me rappelait pour bosser dans les applications Facebook pour les pages pro.

Des Apps Facebook à la Crypto

Toujours avec le framework interne, j’ai développé de nombreuses applications pour les pages Facebook : Contact form, Iframe apps, Store app, Automatic newsletter… mais à chaque nouvelles idée les technologies de Facebook évoluaient et récupéraient le marché : Messenger pour les pages a tué contact form, l’inclusion des produits a tué Store App et les scandales sur les données tels que « Cambridge Analytica » ont eu raison du modèle économique de l’entreprise.

Le BigBoss, plein de ressources, s’est tourné vers les cryptomonnaies. Sauf qu’à ce niveau la, PHP n’était plus très utile et je suis devenue directrice technique / manager / cheffe de projet que développeur web. Je vous passe les détails mais nous sommes arrivés fin 2022 avec une rupture conventionnelle et le début de ma nouvelle aventure en freelance.

Reconversion ?

Ce que je n’ai pas mentionné dans mon blabla précédent, c’est qu’a force de geeker sur l’ordi, à jouer et travailler, j’ai développé des douleurs depuis la nuque jusqu’au petit doigt de la main droite.
De consultations en consultations, rien ne m’a jamais soulagé en plus de 10 ans, ce qui me vaut une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé depuis 2020. Lorsque cette fin de contrat s’est présentée, j’ai donc réalisé un bilan de compétences avec le Parcours Chance. Ce bilan diffère de ceux, plus conventionnels, qu’on fait avec Pole Emploi puisqu’il mise sur « l’innovation scientifique en matière de psychologie, sciences comportementales et technologie, et le meilleur de l’humain » (dixit leur site web).

Résultat du bilan ? Je suis et reste une geekette, qui aime ce qu’elle fait et n’envisage pas faire autre chose !
Si je ne pouvais/voulais pas changer de métier, je pouvais changer la façon dont je le pratique et j’ai décidé de me lancer en freelance. Je ne suis pas de celles qui se lancent à l’aveuglette et sans peur : j’ai suivi une formation « Créer / reprendre une entreprise avec BGE sud-ouest« . J’y ai appris ce que chacun devrait savoir quand il se lance à son compte : structurer son projet, choisir son statut et en connaitre les obligations sociales, comptables, fiscales… J’ai choisi le statut de l’Entreprise Individuelle, au régime micro-fiscal, effectué un prévisionnel sur 3 ans et demandé une subvention pour la création de mon activité auprès de l’AGEFIPH, qui accompagne les créateurs en situation de handicap. Nous sommes alors en décembre 2023, il ne me restait qu’une chose à faire : démarrer !

Janvier 2024 : me voila !

J’ai fait ma création d’activité sur le guichet unique de l’INPI et démarré le 8 janvier 2024. Par chance, j’avais déjà un petit réseau de personnes intéressées par mes services grâce à ma pratique de l’aquarelle (merci le confinement !) et j’ai vite pu envoyer mes premiers devis.

Ce qui est (un peu) plus ennuyeux, c’est que je n’ai pas eu le temps de faire mon propre site web. Vous connaissez l’expression « Les cordonniers sont les plus mal chaussés », je suis comme eux : je mets mon énergie à votre service et n’ai plus le temps pour mon site, un comble pour un développeur web !

Et voila, j’ai fini !
J’espère ne pas vous avoir trop ennuyé avec tout cet historique.
Si vous avez des questions, des remarques ou envie qu’on travaille ensemble, le formulaire de contact est fonctionnel et je me ferais un plaisir de vous répondre.

A bientôt !

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.